Jardins de Pareillas

Jardins de Pareillas

art de vivre entre botanique, gastronomie et créativité


tissus, confection avant le prêt à porter

Publié par n-talo sur 5 Avril 2008, 21:46pm

Catégories : #rêver à imaginer

Elle vendait des petits coupons,
Qu'elle pliait bien comme il faut,
Dans un joli papier blanc,
Entouré d'un petit ruban,
En servant tous ses clients,
Elle se trémoussait bien gentillement,
Fallait voir comme elle vendait,
Ses petits tissus au mêtre.

 

 

c'est pas un mêtier, mais plutôt un destin
ma grand mère nous a souvent parlé des marchés sur lesquelles elle vendait les tissus, je me souviens du magasin dans lequel j'ai passé une partie de mon enfance
tissu confection prêt à porter
c'était écrit sur de grandeS boiteS en carton vert

un grand magasin sur deux étages, des centaines de pièces de tissus : cretonne, vichy, metis, cotonnade ... les qualités qu'elle ventait aux clientes
des fleurs, des carreaux, des unis, du blanc, du rose, du bleu pâle et les cotonnades noires à petites fleurs, à petits pois, à petites rayures ...
des comptoirs de plusieurs mêtres le long desquels glissait le mêtre en bois à la lisière de tombées de tissus

des ciseaux énormes  chhhkroc chhhkroc chhhkroc dont je garde la marque entre le pouce et l'index de la main gauche

et la caisse si haute qu'il fallait se hisser sur le grand tabouret pour pouvoir être juchée à hauteur des crayons, pic à tickets, épingles et jouer à noircir des pièces de monnaie avec un crayon à papier.

au premier étage, costumes d'homme, canadiennes, lingerie féminine d'un autre temps : combinets, corsets, porte jarretelles ...

et le grand escalier continuait encore de tourner jusqu'au grenier, couvert d'une épaisse poussière blanche, des mannequins de présentation gisaient au milieu de vieux cartons, morceau de moulure en plâtre.

aujourd'hui, sur la façade on devine encore l'inscription "à la belle jardinière" témoin du temps d'avant encore

de l'autre coté de la rue, premier étage, l'atelier des couturières, l'odeur du fil, le bruit des machines qui tapent et leurs souvenirs ... on a fait la robe de mariée de ta mère : la blanche ou la rose ?

les lames de parquet que je scrutais pendant les inévitables défilés : marche va tiens toi droite, tourne, reviens le temps de changer une épingle de place et le manège reprenait : marche, avance tiens toi droite, tourne ... ce n'était jamais du premier coup que la phrase magique me libérait : elle est ronde !?? jamais compris !


j'ai triché, c'est pas mmoua qui les ai fait, je dois avouer ... la couronne de printemps ... je l'ai pas faite toute seule, mamie a fait les neuf petits sachets. je dois avouer :  je suis une quiche en couture, je sais même pas coudre un bouton !

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

jamais vu de plus beaux petits sachets : deux carrés de dix-sept centimètres cousus endroit contre endroit, la pochette ainsi formée est retournée, fermée à petits points et aprés c'est génial : elle a posé un verre sur le carré de tissus, déssiné un cercle et fait une double couture autour du cercle, avec un outils (en os ?) pointu elle n'a pas fait un trou, nan nan, elle a agrandi l'espace entre deux fils pour y passer le galon : il ne me restait plus qu'à le garnir et l'attacher sur la couronne en osier
d'accord, j'ai fait les étiquettes : un peu de viseline collée au dos d'un morceau de liberty contre une toile de chanvre. mais si vous votez pour la couronne de printemps présentée par asilis pour le liberty swap primavera, sachez que celle-ci est réussie grâce à l'ingénuosité de ma grand-mère

on ne change pas une équipe qui marche, elle coud aussi pour le swap rose et rajoute un peu de dentelle par ci, un morceau d'élastique par là,
chez mamie, je n'amène que le tissus, j'oublie toujours qu'il faut du fil parce que  ...  ce n'est pas des fonds de tiroirs, c'est des tiroirs que dis-je  des armoires entières de tissus, de dentelles, de boutons, de fils ...
 elle a une toute nouvelle machine à coudre, je ne désespère pas de réussir à apprendre un brin de couture si bien que  je viens d'acheter un patron vogue pour me faire une blouse, trop trop envie du liberty louise ... dis maman, dis à mamie si elle veut m'aider ?

passeuse d'imaginaire pour vanessa : les métiers
il fallait : ouvrir des archives et reprendre un vieux métier, son appareillage, son univers, ses matières premières, ses clients, ses objectifs

 


Commenter cet article

casa 19/10/2008 13:40

merci mamie pour ton aide pour finir mon cadeau! et quelle chance d'avoir une grand mère avec des tiroirs remplis de jolies choses!profites bien de ta mamie, et puis si je peux t'aider pour des bricoles en couture, n'hésites pas!bisousCasa

n-talo 19/10/2008 22:17


du coup, faut que je ressorte ce patron de vogue ...


passiflore 11/04/2008 10:02

Je dirais même plus : qui aime les coupons, aime le jardin. Qui aime les coupons et le jardin ne sait pas coudre.

maijo 08/04/2008 21:07

Magnifique, je n'ai pas de mots pour te dire mon ressenti en lisant ton billet.

n-talo 09/04/2008 22:29


à ce point ?


babette 07/04/2008 17:55

quel bel article, doux souvenirs que tout ceciamitié

n-talo 09/04/2008 22:29


c'est l'essentiel qui reste


BIDUDULE 07/04/2008 16:50

P'tit coucou du lundi.

n-talo 09/04/2008 22:29


le lundi au soleil


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents