Jardins de Pareillas

Jardins de Pareillas

art de vivre entre botanique, gastronomie et créativité


kusaru

Publié par n-talo sur 10 Avril 2008, 21:05pm

Catégories : #pratique de vie

pouah, c'est beurk immonde
mais c'est dé-gueu-laaaaaaaaaaaasse
à chaque nouvelle bestiole son cri de dégout
et chaque ver de terre à été conduit à la table des festivités : le compost
 nous compostons ...
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitau début composter signifier : mettre tout les déchets organiques sur un tas lequel tas au fond du jardin  recevait également branchage, désherbage du jardin mais aussi pierre(s) sortie(s) de terre dans les espaces jardinés, autrement dit pas vraiment un compost puisque ainsi déposé il était irrécupérable
pas trés vite nous avons pris conscience de la perte considérable d'un tel gachis : déjà nous collections les tontes de gazon dans un bac en pierre qui s'est miraculeusement garni d'un beau terreau, même génération spontanée sous le nordman
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitdésormais nous séparons les déchets "jardin" : feuille, désherbage et autre restes de plantes et faisons un "tas" à l'air libre, facile à retourner et à reprendre
les automnes passés, nous n'avions de cesse de dégager, enlever, retirer ce qui était défleuri, cet hiver tout est resté tel quel : non seulement j'ai l'impression que la terre dans les massifs s'en est trouvée enrichie mais j'ai l'impression que ce compost a mieux mûrit sans les nouveaux déchets de l'automne : les rosiers ont bénéficié de cette belle couverture brune.

et je vais mettre en application la réflexion d'une amie jardinière qui m'avait justement fait celle ci "dans la nature la terre n'est jamais nu, c'est une nécessité qu'elle soit couverte, cela favorise la vie des microorganismes
Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuitdepuis l'an passé, nous disposons de deux composteurs en bois : l'un est au potager : il a reçu beaucoup de tonte, de la cendre de bois et quelques déchets organiques de la maison, l'autre à portée de seau de la cuisine a reçu tout ses déchets organiques, ils sont pleins tout les deux mais les matières ne sont pas totalement décomposées.
comme je manque de place (si si) je voudrais cultiver les tomates sur butte (la rotation des cultures n'est pas une nécessité alors) mais il faut faire une butte et je manque d'expérience. à lire des choses sur le sujet j'ai pensé ouvrir une tranchée, mettre quelques branchages au fond déposer les contenus des composteurs et couvrir ... qui en pense quoi

 Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

la pourriture ça sent mauvais, pouah !
mais lorsqu'elle est enterrée, la pourriture disparait
mystère !
dans le sol, d'innombrables animaux décomposent la matière en putrésfaction et, d'étape en étape, enrichiront la terre de précieux éléments nutritifs.
ainsi débute le cycle sans fin de la vie où la pourriture, sans cesse régénérée dans le sol, nourrit tous les êtres vivants, de la plante à l'animal

tout pourrit
hirtaka nakano
traduit du japonais par jean christian bouvier

Commenter cet article

Cajou 15/04/2008 01:40

Superbe cet album ! je vais le conseiller à ma collègue (ex) pour ses CP ...Bises

Lady Isa 13/04/2008 19:49

Je me suis bien amusée à lire ton petit billet ! Voilà le thème du compostage bien poetiquement présenté ! J'M beaucoup !Ton projet pour les tomates ne me choque pas, au contraire... même si je ne connais pas évidemment l'endroit dont tu parles.  Si tu as des orties, tu peux aussi en jeter au fond de ta tranchée !

cathulu 12/04/2008 04:38

Ici aussi ça compost emais c'est loooooooooooooonnnnnnnnnnnng !

Lise 11/04/2008 22:23

Connais-tu le livre magnifique de Pierre Rabhi : "Parole de terre, une initiation africaine". Où comment rendre vivante une terre meutrie par la surexploitation, la deforestation et les produits chimiques. Avec de si belles rencontres...Des bises ( japonaises ?)

maijo 11/04/2008 21:35

J'avoue mon ignorance quasi absolue en la matière, notament dans l'aspect pratique (honte à moi, citadine que je suis). Sinon, le petit album me tape dans l'oeil. Biz.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents