Jardins de Pareillas

Jardins de Pareillas

art de vivre entre botanique, gastronomie et créativité


il était une maman ...

Publié par n-talo sur 1 Octobre 2008, 19:49pm

Catégories : #pratique de vie

elle ne s'appelle pas grenouillette pour rien !
Image Hosted by ImageShack.usparticipation au cacolendrier  ... caco à qui j'ai emprunté le titre

elle n'est pas arrivée la première, puisqu'elle est la seconde, elle était le troisième bébé, la cadette que nous avions tant attendue, nous n'avons pas été déçus et ça reste vrai.cette enfant a profité de l'âge tendre, sans gaspillage, sans précipitation. elle est entrée dans l'adolescence brutalement et s'est ouverte à cet âge réputé bête avec bénéfice, aussi jolie et fraîche qu'une rose qui a pris son temps pour déployer ses atours.  sa maturité me réconforte même si elle fait souvent le constat de la difficulté à grandir

l'autre s'en va ... l'ainée, celle qui vint aprés, avant, celle qui développa une pathologie pour nous signifier quelle méritait toute notre attention !
les départs intempestifs qui obéissent à une implusion irraisonnées condamnent sans doute à la déception parce qu'on ne se sépare jamais de soi-même. ... s'affranchir de la contrainte pour le plaisir de faire ce qui plait et se croire le maître de son existence. marcel rufo - détache-moi !
pour dédier ce post à cette mère ...et aussi à se qui souffre

"faire son deuil" l'expression est à la mode. chacun de nous passerait ainsi sa vie à "faire le deuil" de tout : de ses illusions, de sa jeunesse, d'un amour, d'une maison, d'un objet perdu ...
Freud, lui, parle de "travail de deuil", un processus obligé dont on ne peut faire l'économie, pas plus qu'on ne peut faire l'économie de la souffrance. un processus dont il détermine la durée approximative : le deuil " normal" durerait un an et demi ; le deuil pathologique, une durée indéterminée, voire illimitée. selon lui, le deuil "comporte un état d'âme douloureux, la perte de l'intérêt pour le monde extérieur - dans la mesure où il ne rappelle pas le défunt - la perte de la capacité de choisir quelque nouvel objet d'amour que ce soit - ce qui voudrait dire que l'on remplace celui dont on est en deuil - l'abandon de toute activité qui n'est pas en relation avec le souvenir du défunt [...] cette inhibition et cette limitation du moi expriment le fait que l'individu s'adonne exclusivement à son deuil, de sorte que rien ne reste pour d'autres projets et d'autres intérêts"
deuil et mélancolie
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lulu 14/10/2008 15:14

une amie éduc m'a reprise quand j'ai parlé de deuil, pour elle on ne doit pas parler de faire le deuil d'un amour, par exemple.je ne dis pas que je fais ou que j'ai fais le deuil de ma vie passée, avec mes enfants.Le mot est trop fort.je t'embrasse, je viens souvent par là.fais moi un retour!... 

n-talo 14/10/2008 20:58


ce n'est pas non plus la même situation lucie, je t'embrasse


... 09/10/2008 18:29

en le perdant j'ai tout perdu...

n-talo 10/10/2008 00:52


on ne perd jamais tout, on peut se sentir perdu, se sentir vide, se sentir amputée mais on ne perd jamais tout
on ne perd pas les trois, six ou neuf mois à le porter, on n'oublie pas les rêves que l'on avait fait
on ne perd pas ce qu'il nous a transmis, ce qu'il a laissé d'empreinte sur nous, la trace de ce qu'il a été
on ne doit pas se perdre parce que ce serait la mort alors
on ne perd pas le fil, on gagne à comprendre le sens de la vie, on gagne à prendre en compte l'autre
le vide mesure le plein


mirza 06/10/2008 12:48

Merci.

maijo 03/10/2008 21:12

Que je suis émue à la lecture de ton billet!

armellarose 03/10/2008 09:19

je pense que l' on ne fait jamais son deuil, on ne fait que s' adapter à une souffrance, on l' apprivoise comme on le fait pour un animal sauvage, petit à petit, pas à pas,jour après jour,  mais elle est là tapis, prête à ressurgir à tout moment, pour nous rappeler son bon souvenir, c'est une lutte continuelle, mais on reste aussi droite que possible, et on avance, comme un bon petit soldat !!! c'est notre guerre, nous sommes des guerrières !  bien obligées de combattre et de rechercher la victoire. Affectueusement !!  soldat armella !!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents