Jardins de Pareillas

Jardins de Pareillas

art de vivre entre botanique, gastronomie et créativité


du temps , des amoureux, la pêche

Publié par n-talo sur 16 Septembre 2010, 21:31pm

Catégories : #autour du petit déjeuner du lundi

il déjà tard, j'avais préparé un diner, nous avions terminé quand ils sont arrivés, elle, tellement contente de lui faire découvrir la maison, lui émerveillé. des amoureux. un quelque chose qui pétille dans le regard, de cette flamme qu'on ne souhaite pas voir s'éteindre et pourtant. mais là, je leur ai montré la chambre, elle lui a montré où elle avait dormi cet été et puis elle m'a dit : la petite fille avait emporté un des livres "parce qu'il lui plaisait trop".

hebergeur image

justement à propos de chat et d'heure, celui là refuse de la donner depuis trop longtemps, cette fois, il a droit à une visite chez le joailler. il ne semble pas d'une grande valeur et pourtant, il m'a été offert, dans mon premier studio, il était le seul objet décoratif et puis il me rappelle le vrai chat qui lui tenait compagnie à l'époque, paulo. une autre histoire d'amoureux ...


heureux hasard que ce petit déjeuner pour ces amoureux et le pêcher qui porte encore de nombreux fruits ... au petit matin, j'ai fini de faire cuire la première confitrue de pêche, nature, l'autre sera parfumée de verveine citronnelle, c'est un si bel ensemble. en attendant, ce matin la verveine citronnelle sera servie en infusion de feuille fraîche. quelques scones et le petit déjeuner est servi


hebergeur image

trop léger, trop facile, il manque un laitage et une patisserie ... vite fait, un riz au lait aux pêches et une croute aux pêches et ça c'est vraiment la révélation !
les deux recettes sont tirés du livre-bible-de-cuisine qui ne quitte pas la cuisine : la bonne cuisine pour tous ... un peu plus vieillot que ginette mathiot et c'ets tant mieux
le riz au lait

hebergeur image
laver une demi livre de riz de première qualité à l'eau chaude, l'égoutter et le mettre dans une casserole avec deux verres d'eau, faire bouillir à tout petit feu jusqu'à ce que l'eau soit toute absorbée. à ce moment, ajouter un demi litre de lait  et remuer à la cuillère en bois, ajouter dix centimes de beurre (j'ai prévenu, c'est pas récent ! alors j'en ai pas mis) un peu de sel, un demi quart de raisin de malaga, mettre un couvercle sur la casserole et laisser cuire à petit feu. pendant ce temps là, hacher 40 grs d'orange confite, écraser un demi-quart de macarons, et lorsque que le riz est presque cuit ajouter 200 grs de sucre semoule, couper le feu et c'est là que j'ajoute la crème du lait. dix minutes avant de servir, mettre l'orange dans le riz, le macaron et 2 petits verres de marasquin (le cointreau va bien)
la recette poursuit : ajouter 5 jaune d'oeuf, remuer doucement et dresser sur un plat en forme de dôme, saupoudrer de sure et glacer à la pelle rougie, servir.
j'aime le riz au lait tiède et celui ci est encore meilleur accompagné des oreillons de pêche pôchés

la croute au pêche

hebergeur image

beurrer le fond d'une tourtière, couper de large tranche de pain, assez pour couvrir le fond de la tourtière. poser des oreillons de pêches bien mûres, coté peau contre le pain et mettre dans chaque moitié de pêches du sucre fin et un petit morceau de beurre frais, placer ensuite la tourtière sur un feu trés doux et la  couvrir d'un four de campagne ???  ;.. il faut plus de feu dessus que dessous, il faut donc préchauffer le four de campagne ... et bien même sans ça, c'est un régal !
dans les mêmes pages, l'auteur catherine giron propose un pudding de cabinet, cabinet au singuliers, rien à voir avec les cabinets dont il est question dans ce texte de henry miller "lire aux cabinets"

hebergeur image
même aux cabinets, où l'on pourrait croire qu'il n'est pas nécessaire de faire quoi que ce soit, ou de penser à quoi que ce soit, où une fois par jour au moins on est seul avec soi-même et où tout ce qui se passe est machinal, même ce moment de béatitude, car c'est bien une sorte de petite béatitude, il faut le rompre en se concentrant sur la matière imprimée. chacun a, je suppose, son genre de lecture favori pour l'intimité des cabinets. certains absorbent de longs romans, d'autres ne lisent que bagatelles sans consistance. et d'autres, sûrement, se contentent de tourner les page et de rêver. quel genre de rêves font-ils ? on se le demande. de quoi leurs rêves sont-ils teintés ?
il y a des mères de famille qui vous diront que les cabinets sont le seul endroit où elles aient la possibilité de lire. pauvres mères ! la vie est vraiment dure pour vous à notre époque. pourtant, quand on vous compare aux pères d'il y a cinquante ans, vous avez mille fois plus d'occasions de développer votre personnalité. avec votre arsenal complet d'économiseurs de travail, vous avez ce qui manquait même aux impératrices de l'ancien temps. si c'était vraiment du "temps" que vous étiez désireuses de gagner, en acquérant toutes ces machines, alors vous avez été cruellement déçues.
( memo scones : 220 grs de farine, 25 grs de beurre, 7 grs de poudre à lever et 150 ml

Commenter cet article

Lise 23/09/2010 10:34



j'ai lu et essayé de deviner entre les lignes ;-) ( la chambre, le regard etc.)



Enitram 22/09/2010 23:05



Oh que j'aimerais goûter ton riz au lait avec la croûte de pêches!!!! Divin rien qu'en photo alors en vrai!!!!


Et ton histoire de cabinets!!! Bien vu!



n-talo 23/09/2010 10:02



et encore, je me suis retenu parce qu'il y a le pudding de cabinet !



Magali 22/09/2010 11:35



Très appétissant tout ça!



n-talo 23/09/2010 09:49



et même pas besoin d'avoir faim



Lise 22/09/2010 10:10



"le renard" ?



n-talo 23/09/2010 09:49



comment tu sais ?



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents